mai 17, 2022
20% de la population espagnole a des problèmes de fertilité

20% de la population espagnole a des problèmes de fertilité

Au cours des 40 dernières années, la fertilité a été l’un des domaines de la santé qui a le plus progressé en termes de recherche et de techniques de reproduction. Notre pays est à la pointe des techniques de reproduction à travers le monde. La baisse de la fécondité chez les femmes a été un facteur clé pour que cela se produise.

Selon diverses études, de nombreuses habitudes de vie affectent la santé reproductive. Parmi eux, on retrouve l’utilisation, de plus en plus, de produits chimiques nocifs, le rythme de vie que nous menons ou le retard de l’âge à être mère. Selon le site MujerFertil, 20% de la population de moins de 40 ans ont des difficultés à concevoir un enfant. Dans le cas des femmes, cette valeur augmente jusqu’à 30 %. Ici, les situations anormales telles que les ovaires polykystiques ou l’endométriose sont des facteurs qui marquent un faible taux de fécondité chez les femmes. A tout cela il faut ajouter une mauvaise alimentation, la consommation de tabac et d’alcool.

Chaque 4 juin, la Journée mondiale de la fertilité est célébrée pour donner une voix à ce problème qui est invisible à de nombreuses reprises et qui est subi en silence dans la plupart des cas. L’Organisation mondiale de la santé reconnaît ce problème de santé comme une maladie courante chez les personnes en âge de procréer, c’est-à-dire de moins de 40 ans.

L’infertilité est pleine de préjugés qui ont encore du travail à éliminer, car c’est l’un des services de santé qui reçoit le moins d' »attention » publiquement. Les médecins recommandent que, pour améliorer ce problème de santé de plus en plus répandu parmi la population espagnole, une attention soit portée dès le plus jeune âge. Avec cela, les autorités médicales indiquent que les soins de santé sexuelle et reproductive des jeunes permettront d’éviter de nombreux problèmes futurs. Pour ce faire, mujerfertil.es recommande de prendre certaines précautions ou de suivre certains des conseils les plus courants que nous proposent les médecins.

Effectuer des contrôles gynécologiques périodiques

Des soins appropriés grâce à des examens programmés ou en cas d’observation de quelque chose d’étrange dans le système reproducteur féminin, peuvent prévenir des maladies telles que le cancer du col de l’utérus, la détection précoce des ovaires polykystiques ou des infections. Pour cela, les femmes subissent des tests cytologiques périodiques tous les 3 ans et d’autres bilans gynécologiques si nécessaire.

Prendre soin de la nourriture

La consommation d’aliments transformés, d’aliments considérés comme « rapides » ou « junk » et d’aliments riches en graisses ou en sucre peut entraîner des maladies telles que le diabète, l’obésité, le cholestérol et d’autres problèmes qui affectent finalement l’état correct du corps, affectant ainsi également la fertilité.

Évitez les substances nocives

Le tabac, l’alcool ou d’autres drogues sont des substances qui affectent d’emblée la fertilité et peuvent entraîner d’autres types de maladies.

Faire du sport et éviter le stress

L’exercice quotidien, en plus d’éviter une exposition constante à des situations stressantes, se traduit par une meilleure qualité de vie et une meilleure santé. Il est recommandé d’effectuer un exercice modéré ou intense de 30 minutes par jour. Le stress est un peu plus complexe à contrôler, mais les médecins recommandent d’apprendre à « sauver » un espace pendant la journée dans lequel des activités qui n’impliquent pas de stress ou qui vous aident à vous détendre, comme la méditation, sont effectuées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.