octobre 1, 2022
La grossesse au temps du Covid

La grossesse au temps du Covid

Le Covid-19 a été un handicap pour tous ces couples qui avaient en tête de chercher une famille. La crainte que le fœtus puisse être endommagé a poussé nombre de ces couples à décider de reporter la grossesse à plus tard. Ce que beaucoup ignorent, c’est qu’il a été démontré que le risque que le Covid-19 peut représenter pour le futur enfant est très faible, voire nul.

Être infecté par le Covid-19 pendant la grossesse

Chez les femmes qui ont été infectées après être tombées enceintes, certains spécialistes recommandent un traitement préventif avec 5 à 6 mg de mélatonine par jour. Cette substance n’a pas d’effets secondaires majeurs, apportant des avantages significatifs aux femmes et aux enfants à naître.

Préserver la fertilité féminine

La cryoconservation des ovules ou des embryons sont les deux meilleures options pour préserver la fertilité en temps de pandémie. Dans les deux cas, la perte potentielle de fertilité des femmes âgées ou des femmes ayant un problème de fertilité est résolue grâce à ces deux techniques, sans conditionner une future grossesse.

Covid-19 et fertilité

Concernant la fertilité féminine, aucun dommage irréversible n’a été détecté dans la fonction reproductrice des femmes ayant souffert du Covid19, même si certains médicaments utilisés pour le traiter pourraient avoir un impact négatif. Quant aux hommes, le virus pourrait fragmenter l’ADN des spermatozoïdes, réduisant leur fertilité.

Dans tous les cas, les docteurs Tesarik et Mendoza-Tesarik recommandent la prudence : « Il faut poursuivre l’étude des marqueurs de la fertilité féminine à moyen et long terme, avec une attention particulière aux femmes hypofertiles et âgées, et étendre la même étude aux hommes. Pour des hommes ».

À découvrir  Grossesse et animaux de compagnie sont-ils compatibles ?

Double effet de la mélatonine

La mélatonine améliore non seulement la réponse du système immunitaire au Covid19, mais attaque également directement le virus, bloquant sa division dans les cellules infectées, selon une étude récemment publiée par des scientifiques de Grenade.

Depuis le début de la pandémie, ses auteurs recommandent l’utilisation de la mélatonine pour prévenir et guérir le COVID-19, grâce à son effet immunomodulateur qui favorise la défense immunitaire contre le virus SARS-CoV-2, celui responsable de la maladie. Cependant, de nouvelles preuves indiquent que la mélatonine attaque également directement le virus, empêchant sa propagation dans les cellules infectées.

Un double effet qui se renforce : Si la réplication du virus à l’intérieur des cellules infectées est bloquée, l’infection s’arrête. A cette action s’ajoute l’autre effet de la mélatonine, l’augmentation de la réponse immunitaire, qui permet d’éliminer définitivement le virus de l’organisme infecté. « Cette combinaison est létale pour le virus et renforce encore notre conviction que la mélatonine, une hormone naturelle et non toxique, représente un agent idéal pour éradiquer la pandémie », déclare le Dr Jan Tesarik.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.