novembre 28, 2022
Le taux de natalité continue de baisser après la COVID-19

Le taux de natalité continue de baisser après la COVID-19

Petit à petit nous approchons de la fin de cette année 2020, une très longue année qui nous a fait changer certaines habitudes de nos vies à cause du Covid-19. Nous avons dû être confinés pendant trois mois, ce qui a obligé les couples à passer plus de temps ensemble, ce qui a augmenté la possibilité de grossesses. Maintenant, au mois de décembre, commencent les accouchements de bébés conçus pendant cette période, observant comment le taux de natalité continue de baisser.

Les inquiétudes concernant le Covid-19, ainsi que la perte d’emploi d’une grande partie de la population, ont fait que le nombre de grossesses n’a pas augmenté. Selon une enquête réalisée par le site mujerfertil, les principales raisons de ne pas avoir d’enfant sont les suivantes.

peu de stabilité d’emploi

Beaucoup de familles ont perdu leur emploi ou leur entreprise, et d’autres sont en situation d’ERTE sans savoir avec certitude quand elles pourront reprendre le travail, il est donc difficile avec ce scénario de s’installer et d’envisager de fonder une famille. En plus de cela, qui est dû à la pandémie, les mauvaises conditions de travail traînaient déjà dans de nombreux emplois, comme les horaires incompatibles avec la vie de famille, la peur de demander un congé de maternité ou de paternité dans les entreprises car ils pourraient être rejetés ou plus tard pas de raison. direct puisqu’il n’est pas légal, mais il est influent dans le licenciement et les situations qui rendent la vie des pères et des mères très difficile à avoir et à former une famille avec des enfants. À l’heure actuelle, 36,3% des personnes interrogées admettent que c’est la cause de ne pas vouloir d’enfant.

À découvrir  Accouchement facile et rapide : 8 recommandations clés

Manque de solvabilité financière

Cette cause est directement liée au travail, puisque les bas salaires des contrats ou le manque de revenus dû à une mauvaise stabilité de l’emploi, ont une influence très négative sur le fait d’avoir des enfants. L’État, bien qu’il dispose d’aides monétaires pour favoriser la naissance de nouvelles familles avec enfants, ne suffit pas s’il n’y a pas un minimum de revenus habituels dans le noyau familial. C’est pourquoi 26,3% des personnes interrogées affirment cette raison également comme raison de ne pas avoir d’enfant.

Peur de nouvelles maladies

Avec 16,9% des personnes interrogées admettant cette cause pour ne pas avoir d’enfants, c’est celle qui a le plus augmenté par rapport aux années précédentes. La raison est une conséquence directe de la pandémie, non seulement en raison de la façon dont cette maladie ou d’autres qui peuvent apparaître chez les enfants peuvent affecter, mais aussi chez les parents. La peur de perdre ou de laisser des enfants sans famille est considérablement élevée.

Ne pas vouloir fonder une famille

Chez les jeunes en âge de fonder une famille avec enfants, 13,6% déclarent ne pas vouloir d’enfants. Malgré sa solvabilité financière et sa stabilité d’emploi, son mode de vie ne conçoit pas de devoir s’occuper d’un bébé, voulant avoir tout le temps et les ressources pour son plaisir personnel.

Absence de pouvoir d’indépendance vis-à-vis du domicile des parents

S’adressant ici aux plus jeunes, majoritairement âgés de moins de 30 ans, une grande majorité a peu de pouvoir d’autonomie, puisque le chômage des jeunes en Espagne s’élève actuellement à plus de 40%, rendant insoutenable le désir de fonder une famille. 6,9% des personnes interrogées ont déclaré que c’était la raison de ne pas avoir d’enfants.

À découvrir  Gênes pendant la grossesse, comment les traiter ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *